ATTENTION, ce billet n'est pas un billet sexiste qui a pour objectif d'accentuer le clivage homme/femme et de nous mettre en "compétition" ou conflit, bien au contraire.

Mais le sujet que je vais aborder aujourd'hui, me remue les tripes depuis des semaines et je ne savais pas comment le traiter ici. Pourtant il me semble terriblement important.

En effet, depuis ma séparation en septembre dernier, je traine beaucoup sur divers sites et tchats de rencontres, et par le fait, je discute avec énormément d'hommes très différents, issus de milieux différents, avec des histoires différentes. 

Je ne veux pas ici faire une généralisation et ramener ce dont je vais parler à TOUS les hommes, mais seulement à (hélas) mon expérience sur ces sites et la majorité de ceux là (je irais bien au moins 70%). Heureusement, il y a des hommes que cet article ne concerne pas et j'en connais un certains nombre.

Et le constat que je fais, je le trouve affligeant.

On parle beaucoup du NON de la femme en ce qui concerne une relation sexuelle (ou assimiliée) ou tout ce qui peut être lié à la séduction et il semble acquis pour beaucoup qu'un NON en matière de sexe est un NON.

Le hic et ce qu'on ne voit pas forcément c'est que cet élément n'est que la partie émergée de l'iceberg, le plus flagrant, le plus destructeur peut-être aussi. Mais le NON, n'est bien souvent pas entendu par beaucoup de ces hommes.

Je suis confrontée depuis des mois, quotidiennement à des NON que j'exprime et qui ne sont pas du tout entendus.. Alors oui pour des broutilles, pour 3 fois rien, mais je dois parfois m'expliquer plusieurs minutes sur un choix que je ne devrais en aucun cas justifier.

quelques exemples concrets qui se produisent tous les jours :

question du monsieur:

- As-tu Facebook/skype/un numéro de téléphone? (ou "peut on continuer à discuter sur Facebook/skype ou par SMS?")

- Peut-on se voir? Aller prendre un café/vere?

- Tu m'envoies une photo de toi?

- Veux-tu une photo de moi? (voire "une photo de moi nu")

- Tu me dis comment tu es habillée?

- ou des choses plus..... cash... je vous épargnerai les détails

(et probablement d'autres que j'oublie).

A toutes ces questions je réponds en général "non"

Juste ça un "non" simple, clair effiicace qui ne devrait souffrir aucun quiproquo ou mauvaise compréhension ou réclamation.

Et bien là, ça se corse... j'ai 9 fois su 10 une réponse du type :

- Mais pourquoi?

- Allez!!!!

- S'il te plait... pour me faire plaisir!!! (en quoi devrais-je lui faire plaisir? on ne se connait absolument pas et on parle depuis quelques minutes... je ne lui dois rien... )

- "Je suis respecteueux moi"

ou tout simplement la question peut être reposée 2 ou 3 fois à seulement quelques minutes d'intervalle.

Et là, ça m'exaspère en général. Je n'ai en aucun cas à justifer mon NON. il est dit, là, posé, clairement, il ne doit pas susciter de d'interrogation. Et non, l'homme en face ne le supporte pas, il insiste, il continue, ça peut presque virer au harcèlement pour que ec NON se change en OUI, et souvent je me fâche. Quand j'essaie d'expliquer que j'ai le droit d'avoir mon opinion, mon avis et je finis par demander si le monsieur fait la même chose avec une jeune femme quand il est au lit avec elle?

Là je déclenche leur courroux!!! Comment???!!! qu'ai-je osé suggérer!!?? Evidemment que Monsieur est tout à fait respectueux envers les femmes!!! et que jamais il ne ferait une chose pareille!!!

Pourtant il vient de le faire. Alors oui pour une chose insignifiante et qui n'aura pas de conséquences (même si quand c'est 15 ou 20 fois par jour c'est très très vite usant et décourageant, voire même clairement écoeurant) mais si un tout petit "non" ne peut pas être entendu, comment un Gros NON le pourrait lui?

Le respect ne commence-t'il pas par là? Ne faudrait-il pas commencer à expliquer à tous ces messieurs qu'un NON se respecte quelque soit la chose pour laquelle il est prononcé? les petits ruisseaux ne font-ils pas les grandes rivières?

Je ne pense pas que le problème en lui soit une question de sexe masculin ou féminin (probablement certaines femmes ne savent pas entendre un refus non plus et encore une fois je ne parle que de mon expérience personnelle sur les sites). Je crois qu'au dela de ça, la question du genre n'a pas lieu d'être, peu importe la personne qu'on est et qui on a en face, un NON est un NON, mais il me semble vraiment que les hommes avec qui j'ai ces soucis, se sentent touchés dans leur virilité quand je leur refuse quelques chose. On me traite souvent de têtue, de rebelle, de sauvage, de "femme avec du caractère" (oui encore heureux on en a tous et toutes il me semble), de prude, de coincée, de "mauvaise humeur" ou voire parfois j'ai eu droit au.... "t'as tes règles?"

Non , j'ai juste dit non à une broutille et je le maintiens.

Souvent je me fâche et ça dégénère, souvent ils ne comprennent pas pourquoi et me disent "j'ai rien fait de mal"... Si. tu as voulu outrepasser ce que je considère comme mon initimité... parce que oui partager un verre, FB, une photo ça concerne MON intimité.

Il me semble (mais peut-être que je me trompe) qu'il y a un vrai souci éducatif avec les garçons et les hommes; que notre société patriarcale entretient ça, l'homme est viril, c'est lui le chef de famille qui commande et qui décide. Ou ils ont peut-être été habitués petits à ce qu'on cède facilement à leurs demandes comme si du coup il était normal qu'ils aient ce qu'ils veulent quand ils le demandent. Peut-être que c'est à nous en tant qu'adultes et parents aujourd'hui, de faire en sorte que cela change ; d'expliquer aux petits garçons qu'on n'a le droit de ne pas vouloir ce que eux veulent et de ne pas accéder à leurs demandes même s'ils sont adorables, mignons, croquignolles et qu'ils sont les petits garçons à leur petite maman. Peut-être qu'on peut aussi expliquer aux petites filles qu'un refus doit être respecté, peu importe la raison de celui ci et qu'il doit être entendu (même s'il peut être discuté dans le cadre de l'éducation, je ne parle évidemment pas de laisser les petites filles faire tout ce qu'elles veulent mais bien de leur faire comprendre que leurs choix, leur corps, leurs objets, leur image n'appartiennent qu'à elle et à personne d'autre.Et il ne s'agit pas de tout interdire aux petits garçons.) 

Combien de fois il m'est arrivé que mon fils revienne de jouer avec ses copains et copines et m'explique qu'unetelle ou untel ne voulait pas faire ça et qu'il était agacé... combien de fois, ne lui ai-je pas dit que le copain ou la copine en question avait tout à fait le droit de refuser tout comme lui l'avait aussi?

N'y a t'il pas moyen d'éduquer les enfants pour qu'adultes, ils entendent ce NON? et qu'on leur apprenne à tous que le respect commence par ça?

Personnellement je pense que si. 

A mon avis il y a encore un énorme travaill à faire sur cette question, question du respect de l'autre, de son corps, de son esprit, de ses choix. Et je continuerai à expliquer ça, aux hommes que je croiserai et qui n'en auraient pas conscience en espérant peut-être que quelques uns se rendront compte du problème et feront en sorte d'y remédier.

Si chacun de nous, prends conscience de ça et y fait attention et prend la peine d'expliquer encore et encore à chaque personne qui ne l'entedrait pas, on peut ariver à une société plus juste et plus respectueuse de l'autre non?

non